Friedensreich Hundertwasser

Le sol ondulé

Le sol plan est une invention des architectes. Il convient aux machines, pas à l’homme.

Les hommes n’ont pas seulement des yeux pour voir ce qui est beaux, des oreilles pour entendre ce qui est beau, un nez pour sentir ce qui est beau. L’homme a aussi une sensibilité tactile.

Lorsque l’homme moderne est contraint de marcher sur des surfaces toutes droites, bétonnées, planes, conçues sans réflexion, tracées à la règle dans les bureaux des architectes, lorsqui’il est aliéné de son contract naturel et immémorial avec la terre, une part cruciale de son être s’atrophie et les conséquences sont catastrophique pour son psychisme, son équilibre psychologique, son bien-être et sa santé.

L’homme perd l’habitude de sentir, de ressentir son environnement et tombe psychiquement malade.

Un sol vivant, irrégulier, signifie que l’homme a retrouvé la dignité que l’urbanisme nivellateur lui avait retirée.

Le promenoir au sol inégal devient une symphonie, une mélodie pour les pieds.

L’homme tout entier est dynamisé.

imageL’architecture doit élever l’homme et non pas l’abaisser. On aimera aller et venir sur un sol inégal pour se détendre et retrouver son équilibre.

Hundertwasser
Avril 1991

(traduit par Hundertwasser)

Laisser un commentaire